La rencontre du Christ à travers le Saint Suaire

Le troisième jour

La Résurrection de Jésus pour les disciples et les baptisés.

Marie de Magdala et Marie mère de Jacques et Salomé viennent au tombeau le troisième jour. Après un tremblement de terre, un ange descend du ciel. L’ange dit aux femmes :
« Vous, soyez sans crainte ! Je sais que vous cherchez Jésus le crucifié. Il n’est pas ici, car il est ressuscité, comme il l’avait dit. Venez voir l’endroit où il reposait. Puis allez dire à ses disciples « Il est ressuscité d’entre les morts, il vous précède en Galilée : Là vous le verrez » Voilà ce que j’avais à vous dire ».

Les femmes quittèrent le tombeau, tremblantes et toutes joyeuses, elles coururent porter la bonne nouvelle aux disciples. Et voici que Jésus vient à leur rencontre et leur dit : « Je vous salue ». Elles s’approchent et se prosternent devant Lui. Alors Jésus Leur dit :
« Soyez sans crainte, allez annoncer à mes frères qu’ils doivent se rendre en Galilée : c’est là qu’ils me verront ». Évangile selon saint Matthieu 28,1-10

La mort et la résurrection du Christ sont intimement liés. C’est un cheminement à vivre tout au long de la Semaine Sainte jusqu’à la résurrection.
Entre le vendredi saint et le dimanche de Pâques, il y a toute la relecture du samedi saint, où l’on prend conscience que Jésus a été exécuté, crucifié et mort.
Jésus prend dans sa mort toutes les souffrances, toutes nos souffrances.

Le vendredi, après avoir souffert, Jésus meurt sur la croix, est enseveli dans la soirée de vendredi avant que ne commence le sabbat.
Après sa mort, Jésus est enterré dans un tombeau. Son âme est « descendue aux enfers ». Le troisième jour, après sa mort « Jésus est ressuscité des morts ». Son corps et son âme sont de nouveau réunis.

Dans le Compendium du Catéchisme de l’église Catholique présenté par le pape Benoit XVI en 2005, ce condensé de la doctrine de la foi catholique, propose des formulations qui permettent de mieux comprendre les éléments essentiels de la foi.
Le numéro 129 fait état du corps ressuscité de Jésus, « la Résurrection du Christ n’est pas un retour à la vie terrestre. Son corps ressuscité est celui qui a été crucifié et qui porte les signes de sa Passion, mais il participe désormais de la vie divine avec les propriétés d’un corps glorieux ».

Jésus est vivant, il est vraiment ressuscité, Alleluia ! La Résurrection de Jésus est signe d’une vie nouvelle pour le Christ et pour tous les disciples et les baptisés.

L’Evangile 20,1-31 nous permet de mieux comprendre la résurrection du Christ et la vie d’après, en l’absence de Jésus pour l’envoi en mission.

« Le premier jour de la semaine, Marie Madeleine se rend au tombeau de grand matin ; c’était encore les ténèbres. Elle s’aperçoit que la pierre a été enlevée du tombeau.
Elle court donc trouver Simon-Pierre et l’autre disciple, celui que Jésus aimait, et elle leur dit : « On a enlevé le Seigneur de son tombeau, et nous ne savons pas où on l’a déposé. »

Pierre partit donc avec l’autre disciple pour se rendre au tombeau. 
Ils couraient tous les deux ensemble, mais l’autre disciple courut plus vite que Pierre et arriva le premier au tombeau.
En se penchant, il s’aperçoit que les linges sont posés à plat ; cependant il n’entre pas.
Simon-Pierre, qui le suivait, arrive à son tour. Il entre dans le tombeau ; il aperçoit les linges, posés à plat, ainsi que le suaire qui avait entouré la tête de Jésus, non pas posé avec les linges, mais roulé à part à sa place.
C’est alors qu’entra l’autre disciple, lui qui était arrivé le premier au tombeau. Il vit, et il crut.
Jusque-là, en effet, les disciples n’avaient pas compris que, selon l’Écriture, il fallait que Jésus ressuscite d’entre les morts.

Ensuite, les disciples retournèrent chez eux. Marie Madeleine se tenait près du tombeau, au-dehors, tout en pleurs. Et en pleurant, elle se pencha vers le tombeau. Elle aperçoit deux anges vêtus de blanc, assis l’un à la tête et l’autre aux pieds, à l’endroit où avait reposé le corps de Jésus.
Ils lui demandent : « Femme, pourquoi pleures-tu ? » Elle leur répond : « On a enlevé mon Seigneur, et je ne sais pas où on l’a déposé. »

Ayant dit cela, elle se retourna ; elle aperçoit Jésus qui se tenait là, mais elle ne savait pas que c’était Jésus.
Jésus lui dit : « Femme, pourquoi pleures-tu ? Qui cherches-tu ? » Le prenant pour le jardinier, elle lui répond : « Si c’est toi qui l’as emporté, dis-moi où tu l’as déposé, et moi, j’irai le prendre. »
Jésus lui dit alors : « Marie ! » S’étant retournée, elle lui dit en hébreu : « Rabbouni ! », c’est-à-dire : Maître.
Jésus reprend : « Ne me retiens pas, car je ne suis pas encore monté vers le Père. Va trouver mes frères pour leur dire que je monte vers mon Père et votre Père, vers mon Dieu et votre Dieu. »
Marie Madeleine s’en va donc annoncer aux disciples : « J’ai vu le Seigneur ! », et elle raconta ce qu’il lui avait dit.

Le soir venu, en ce premier jour de la semaine, alors que les portes du lieu où se trouvaient les disciples étaient verrouillées par crainte des Juifs, Jésus vint, et il était là au milieu d’eux. Il leur dit : « La paix soit avec vous ! »
Après cette parole, il leur montra ses mains et son côté. Les disciples furent remplis de joie en voyant le Seigneur.
Jésus leur dit de nouveau : « La paix soit avec vous ! De même que le Père m’a envoyé, moi aussi, je vous envoie. »
Ayant ainsi parlé, il souffla sur eux et il leur dit : « Recevez l’Esprit Saint.
À qui vous remettrez ses péchés, ils seront remis ; à qui vous maintiendrez ses péchés, ils seront maintenus. »

Or, l’un des Douze, Thomas, appelé Didyme (c’est-à-dire Jumeau), n’était pas avec eux quand Jésus était venu.
Les autres disciples lui disaient : « Nous avons vu le Seigneur ! » Mais il leur déclara : « Si je ne vois pas dans ses mains la marque des clous, si je ne mets pas mon doigt dans la marque des clous, si je ne mets pas la main dans son côté, non, je ne croirai pas ! »

Huit jours plus tard, les disciples se trouvaient de nouveau dans la maison, et Thomas était avec eux. Jésus vient, alors que les portes étaient verrouillées, et il était là au milieu d’eux. Il dit : « La paix soit avec vous ! »

Puis il dit à Thomas : « Avance ton doigt ici, et vois mes mains ; avance ta main, et mets-la dans mon côté : cesse d’être incrédule, sois croyant. »
Alors Thomas lui dit : « Mon Seigneur et mon Dieu ! »
Jésus lui dit : « Parce que tu m’as vu, tu crois. Heureux ceux qui croient sans avoir vu. »

Il y a encore beaucoup d’autres signes que Jésus a faits en présence des disciples et qui ne sont pas écrits dans ce livre.
Mais ceux-là ont été écrits pour que vous croyiez que Jésus est le Christ, le Fils de Dieu, et pour qu’en croyant, vous ayez la vie en son nom.»

Comandați reproducerea dvs.
a Sfântului Giulgiu